POUR EN
SAVOIR PLUS SUR
LE NEUROLEADERSHIP

FOIRE AUX QUESTIONS

  • Pourquoi un centre virtuel en Neuroleadership d’affaires?

    Optimum Talent estime que les données concernant le Neuroleadership représentent une percée dans l'amélioration de la productivité d’une entreprise. Optimum Talent a décidé d'ouvrir la voie en rendant accessible cette information dans le marché; aider les organisations à apprendre comment mettre en place ces outils dans leur culture d’entreprise et faire une différence dans leurs résultats d’affaires.

    Grâce à notre centre virtuel Neuroleadership, nous vous aidons à mieux comprendre ce qui se passe parfois dans votre cerveau et vous fournissons des indications pratiques et des approches qui peuvent vous aider à améliorer votre efficacité à interagir avec les gens à tous les niveaux de l’entreprise et ainsi relever les défis de l’organisation. Nous désirons être une passerelle vers l'apprentissage en Neuroleadership qui favorisera la réflexion et les approches constructives. Nous voulons aussi échanger et encourager la discussion.

  • Comment le Neuroleadership peut-il vous être utile?

    Il y a un flux réel entre les influenceurs, l’activité neurologique dans le cerveau, les réactions comportementales et les avantages pratiques pour une entreprise. Nous croyons que les connaissances et les applications dans ce domaine peuvent aider à améliorer les bonnes relations à tous les points de vue – dirigeants, employés, collègues et équipes. Cela ne peut mener qu’à une meilleure collaboration, un apport d'idées et une mise en œuvre d'initiatives. Vous serez plus apte à agir comme mentor, à mieux former et à développer les talents. Tout compte fait, cela sera mis en évidence dans vos meilleures relations avec les clients et les entreprises.

  • Pourquoi un homme d'affaires ou une femme d’affaires devrait-il (elle) s'intéresser un tant soit peu au Neuroleadership? Tout cela semble être trop émotif et pas assez logique pour moi.

    C'est exactement la raison pour laquelle il faut s’intéresser à ces sujets. La plupart du temps, nous avons l'illusion que nous sommes des êtres logiques et rationnels. C'est loin de la vérité.

  • Y a-t-il une chose telle que « la pensée du cerveau gauche et du cerveau droit » ou est-ce un simple concept?

    Depuis 1981, année où le Dr Sperry a reçu le prix Nobel de médecine pour sa description de la répartition des activités entre le cerveau droit et gauche, le concept de la « répartition des tâches » entre les hémisphères du cerveau est devenu de plus en plus un langage commun dans le monde scientifique tout comme le public en général.

    Même si ce concept est toujours accepté aujourd’hui, il est maintenant sujet à discussion quant à son exacte interprétation. En ce moment, ce que nous savons est que les deux hémisphères sont nécessaires pour la créativité et la rationalité. Le « côté gauche » est plus orienté vers les détails (voir l'arbre). Le côté droit pour sa part fonctionne comme une antenne (voir la forêt).

    Quelle est l'application pratique de ce concept ? Le fait d’avoir cette connaissance peut faciliter les relations avec les gens autour de nous : au sein de notre équipe, avec nos collègues et même avec les clients. En termes généraux, nous pouvons mieux comprendre la tendance générale de leurs communications et leurs processus de pensée. Cela peut nous permettre d'adapter notre style de communication à leur langage et, de façon générale, améliorer le processus de communication.

    Nous sommes des êtres rationnels et logiques enclavés dans une boule émotionnelle. Chaque décision rationnelle et logique est filtrée par le biais de nos émotions. Ce processus n'est pas négociable pour notre cerveau. Pour l'instant, notre cerveau rationnel arrive à une conclusion qui suscite une prise de décision; il n'y a aucun moyen d'échapper au contrôle des émotions, de filtrage et d’influence.

    Notre cerveau émotionnel sera celui qui est responsable d’activer la touche.

    Comme le dit Donald Calne : « la différence essentielle entre l'émotion et la raison est que l'émotion mène à l’action tandis que la raison mène à des conclusions. »

    N’oubliez pas qu’émotion et motivation ont la même racine latine : « Movere », qui signifie passer aux actes.

  • Puis-je utiliser la neuroscience pour m’aider à être un meilleur coach auprès de mes subordonnés?

    Oui, certainement. Si je comprends bien ces processus/leviers qui se trouvent derrière les comportements de mes gens, je peux réorienter mon style de comportement, mes paroles et mon style de communication de façon à accroître leur engagement, ce qui à son tour, augmentera la productivité et les résultats.

  • Pourquoi devons-nous savoir comment notre cerveau fonctionne ? Je n'ai pas besoin de connaître les rouages de mon cerveau. Je ne suis pas un neurochirurgien. Nous avons seulement besoin d'être plus conscients de notre comportement.

    Oui, nous avons seulement besoin d'être plus conscients de notre comportement. Mais avec chaque jour qui passe, nous pouvons avoir accès à des renseignements factuels très précis des circuits du cerveau qui régissent notre comportement. Maintenant, nous pouvons mieux comprendre la feuille de route de notre comportement. Le tableau de bord nous tient au courant, par le biais de signes particuliers, de notre performance, celle de notre équipe et de nos collègues et indiquer comment nous pouvons nous améliorer en tant que leader et soutenir l’amélioration de son équipe et de ses collègues dans la poursuite d’activités d’affaires plus efficaces.

  • Le cerveau des femmes et celui des hommes ne sont-ils pas identiques? Ils ont tous commencé de la même façon il y a des siècles.

    Oui, nous avons les mêmes outils, mais à travers des milliers d'années, nous les avons utilisés différemment. Nous avons formé notre cerveau à se concentrer sur des cibles différentes. Puis chaque cerveau s'est développé différemment.

    Les nouvelles générations d'aujourd'hui resserrent l'écart. C'est un besoin du marché. Si vous voulez réussir, vous devrez être capable de voir à la fois l'arbre et la forêt.

  • Y a-t-il vraiment un « centre de créativité» dans le cerveau ?

    Il existe différents circuits de créativité dans notre cerveau. Il est moins important de savoir où ils se trouvent que de savoir comment les activer. Il existe différentes techniques pour éveiller la créativité. Le processus est exactement le contraire de ce que les gens croient. La question n’est pas d'ajouter plus de connaissances à nos systèmes, mais plutôt de simplifier, de nettoyer le terrain, d’éliminer les barrières qui empêchent l'expression de la créativité.

  • Peut-on former le cerveau?

    Nous exerçons notre cerveau à chaque instant; pour créer de nouvelles voies afin d’intégrer de nouvelles connaissances; ou pour continuer à faire la même chose. Cela prend le même effort. Il faut renforcer certains de ces comportements utiles en continuant de travailler sur eux—en « reconfirmant » les connexions.

    Si nous voulons introduire de nouveaux comportements, alors nous devons commencer à pratiquer suffisamment jusqu'à ce que le comportement soit établi définitivement. Le temps moyen pour introduire un nouveau comportement à notre cerveau varie entre 3 et 6 semaines. La période pour effacer un comportement que nous voulons arrêter de reproduire ou changer est la même. De nos jours, il existe plusieurs programmes de formation pour améliorer les fonctions spécifiques du cerveau.

  • J'ai entendu dire que les « brutes » peuvent détruire les neurones dans le cerveau. Est-ce vrai ?

    Oui, les « brutes » ou intimidateurs bloquent toute possibilité d'autonomie et de créativité. Ils provoquent la génération des «messagers » et non des « gens d’action ». Ils ont coupé la provision de nourriture aux nouveaux neurones pour qu’ils puissent créer des connexions, donc pour avoir la chance de survivre. Les intimidateurs détruisent les neurones, les identités, les comportements positifs et détruisent la productivité dans tous les sens.

  • Peut-on générer de nouveaux neurones ?

    Oui, en commençant l’apprentissage de nouvelles tâches, en trouvant de nouvelles façons de résoudre les défis et de nouveaux moyens pour améliorer la communication, afin d'accroître la productivité et les résultats. Mettez-vous au défi en vous questionnant sur vos pensées, vos attitudes. Recherchez toujours le revers de votre propre décision. N'oubliez pas que toutes les situations peuvent se résoudre d’au moins deux façons. Comment est-ce que je peux le faire différemment ? Mieux ? Demandez des suggestions. Écoutez les gens autour de vous. Maîtrisez vos compétences.

  • Nous sommes partie intégrante de cultures organisationnelles. Comment les neurosciences peuvent-elles aider les individus à mieux fonctionner dans les organisations ?

    En sachant comment les paramètres clés sociaux (Statut, Certitude décisionnelle, Autonomie, Rapprochement et Équité) agissent dans la culture de l'organisation, les individus seraient prêts à faire face et à s’arrimer à la culture organisationnelle, sans mettre en péril leur propre identité ou leur progression professionnelle.

Vous avez d'autres questions? Envoyez-nous un message à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.